Un article du décret relatif au numéro d’identification nationale unique a soulevé des débats autour de la communauté des Massi-Madi et des Mix (gays, lesbiennes et bisexuelles). L’administration Moïse-Jouthe a réalisé une grande avancée dans la reconnaissance légale de cette catégorie faisant partie de la population haïtienne. Il est désormais autorisé par la législation haïtienne de passer de homme à femme ou de femme à homme. Les changements morphologiques incluant la transsexualité sont admis dans l’article 5 dudit décret.

L’article 5 stipule: “La carte d’identification nationale unique (CINU) est renouvelée tous les dix (10) ans au mois de naissance du titulaire en vue de la mise à jour de ladite carte. Toute personne, ayant subi des changements morphologiques, fait la mise à jour y relative dans les deux (2) mois qui suivent ces changements au Bureau de l’Office Nationale d’Identification(ONI)“. Voilà les mots qui ont créé toute une polémique. Nul ne peut être transgenre que par le biais de changements morphologiques. Ainsi, l’on a pas pris beaucoup de temps pour trouver le lien existant entre l’article et les LGBT.

Si en 2015, l’ex-sénateur Jean-Renel Sénatus avait mené bataille pour empêcher que se produise le festival Massi-Madi, en 2020 sa position reste la même. L’homme qui s’est fait appelé le sénateur de la famille s’est montré déçu d’un tel article. Sur Twitter, il a été très ironique face à la question: ” Le Président Jovenel avait tellement la hâte d’écrire cet article 5 du décret de la carte Dermalog pour autoriser les femmes à changer leur vagin et les hommes à implanter des vagins qu’ils ont dit que le code pénal contenait 1008 articles. Non Messieurs. Ce texte sur lequel j’ai travaillé est un projet de code pénal, il n’est pas encore voté“.

La réaction de l’ancien sénateur Youri Latortue n’est pas trop éloignée de celle de son confrère. Questionné par l’ancien directeur général de Zénith FM Maître Morin (travaillant maintenant à la Radio RCH 2000) sur le côté Massi-Madi du décret, Youri Latortue a expliqué le mercredi 17 juin dans la soirée que toutes les sociétés ont leurs coutumes. Selon Latortue, ce n’est pas parce que quelque chose existe dans telle société qu’une autre doit l’adopter. La société haïtienne serait d’après lui détentrice de certaines valeurs.

Le 26 novembre 2019 par un tweet pour saluer la mémoire du militant des droits humains dont les LGBT, Charlot Jeudy, le Président Haïtien avait reconnu un climat d’intolérance en Haïti. Veut-il donc poser des pierres en vue de changer cette intolérance qu’il a reconnue? En tout cas, grâce à son gouvernement les transgenres peuvent désormais refaire leur carte d’identification tout en considérant les aspects modificateurs de leur nouvelle identité physique.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com