Le commissaire du gouvernement rappelle à la population que l’ état d’ urgence sanitaire n’ est pas encore levé et que ce genre d’ activités (car-wash) porte atteinte aux moeurs.

La covid-19 pas encore finie, les jeunes reprennent déjà les vieilles habitudes. Le car-wash party, une activité où les jeunes se saoulent et se mouillent avec des pompes à eau non sans musique est revenu. Une pratique de jeunesse qui dès son avènement en Haïti a été considéré comme de la débauche. Le car-wash party met à nu le manque de loisir des jeunes haïtiens qui ne peuvent pas aller au cinéma, au théâtre, à la bibliothèque et qui s’ inventent quand même des distractions non sans risque pour compenser les manques .

Informé de cette situation qui porte atteinte non seulement au moeurs mais à la santé de la population, le commissaire du gouvernement près le tribunal de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant a publié une note de presse dans laquelle il condamne le car-wash party. Dans la note, Me Lafontant mentionne la possibilité d’ une nouvelle vague de contamination à la covid-19 qui peut découler de ces contacts physiques très proches.

Il a aussi évoqué le décret pris par le gouvernement pour déclarer l’ état d’ urgence sanitaire. Le parquet, dont il est à la tête, fera respecter ce décret, selon la note. Le respect du décret se manifeste par l’ interdiction de “toute activité de débauche assimilable au car-wash party”. La force publique et la juridiction de Port-au-Prince ont également été instruits en vue de sévir contre les initiateurs de ces activités.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com