Dans un communiqué publié le 19 février, la FJKL fustige le comportement de certains policiers. Ils ont attaqué dans l’après-midi du mercredi 19 février 2020, le Cabinet du Président de l’organisation, Me Samuel Madistin, au cours d’un mouvement improvisé.

La Fondasyon Je Klere attribue cet acte à la position exprimée par la FJKL dans un communiqué du 12 février 2020. La fondation avait recommandé aux responsables de la Police, la création d’une commission, pour rétablir la discipline et le respect de la hiérarchie au sein de la Police Nationale Haïtienne.

“Des policiers intolérants, partisans de la pensée unique, sans respect pour les sacrifices consentis par le peuple haïtien pour le droit à la liberté d’expression, ont décidé de contester par les armes la position de la FJKL, à travers son président […] Le recours à la force armée, en 2020 pour imposer ses idées est inacceptable. »

Elle rappelle que la liberté d’expression est la pierre angulaire de toute société démocratique.

L’Organisation met en garde contre toute tentation de retour aux périodes des Duvaliers. Époque sanglante, dit-elle, qui rappelle les méthodes et pratiques anti-démocratiques appliquées par ce régime.

Pour finir, elle dit renouveler son attachement aux principes et aux valeurs de toute société démocratique.

Ralph Thierry Cadet