Dans l’après-midi du mardi 19 février 2020, plusieurs individus cagoulés se réclamant policiers manifestants ont incendié les locaux du cabinet de Me Samuel Madistin situé à Lalue. Cet incident s’est produit lors d’une manifestation spontanée des agents de la police nationale d’Haïti pour réclamer le droit d’avoir un syndicat au sein de l’institution policière.

 

Cet incendie serait une réponse à la déclaration de la Fondation « Je Klere » du 12 février. Celle-ci avait déclaré que les policiers manifestants devaient respecter « la discipline et les règlements du corps et attendre la loi portant réglementation du droit syndical au sein de la PNH avant de relancer leur mouvement. »

 

Lors d’une entrevue accordée au quotidien Le Nouvelliste, le numéro un du barreau de la capitale haïtienne s’est dit frappé par ce qui était arrivé. Il reconnait, par ailleurs, que les policiers ont droit à un syndicat pour défendre leurs intérêts.

 

“Le barreau de l’ordre des avocats de Port-au-Prince condamne énergiquement l’incendie du cabinet de Me Madistin. Me Madistin a le droit d’avoir des opinions différentes des autres en démocratie. C’est une atteinte à la liberté d’opinion et à la liberté d’expression. Je crois que le cabinet de Me Madistin a été incendié à cause des déclarations qu’il a faites”, s’indigne Me Monferrier Dorval

 

« Je suis d’accord, les policiers peuvent former un syndicat. Mais aussi, Me Madistin peut avoir des opinions contraires. Ils n’ont pas le droit d’incendier le cabinet. Le barreau condamne cet acte d’incendie », a poursuivi l’homme de loi.

 

RICHEMOND Johnson