Le ministre des sports, Max Attys a dénoncé le gaspillage des fonds Petro Caribe dans le cadre de la construction des centres sportifs dans le pays. “Nèg yo kraze lajan an”, a-t-il déclaré.

La question des stades et les fonds de Petrocaribe reviennent dans l’actualité. L’ex-premier ministre Laurent Lamothe a justifié l’utilisation d’une partie des fonds petrocaribe en mentionnant la construction de 25 stades; l’actuel ministre des sports Max Attys a constaté qu’il n’y a aucun terrain sportif digne de ce nom dans le pays alors que l’État haïtien a débloqué des centaines de millions. Sans hésitation, il a insinué que l’argent des stades a été détourné et donc par conséquent l’action publique devrait être mise en mouvement contre les dilapidateurs de fonds.

Le ministre Max Attys a révélé que les firmes engagées par l’État pour construire les stades n’avaient pas d’expertise dans le domaine. Il s’agit de la firme haïtienne Secosa et de deux firmes dominicaines: Rofi et Adom. De ce qu’il a vu au département du Sud-Est, il n’a pas les mots pour décrire la déception qu’il a ressenti face aux deux terrains abandonnés.

Il a aussi été déçu en inspectant un centre sportif inauguré aux Cayes par Olivier Martelly, le fils de l’ancien président Michel Martelly. “Un vrai gabegie“, a-t-il commenté. La déception est la même à Mirebalais et dans tout le Grand Nord.

Dans les Nippes, un terrain financé par la FIFA et la Fédération Haïtienne de Football à hauteur de 50 000 dollars américains ne vaut pas même 2 dollars dans la réalité, a continué Max Attys. Pour couronner le tout, l’actuel ministre du sport se dit très étonné que dans l’époque où nous vivons, au XXIe siècle, un centre sportif a été construit à Jérémie sans toilettes modernes mais plutôt avec des latrines.

Gaspillage“, voilà le mot qui résume dans la logique de Max Attys l’utilisation des fonds petrocaribe dans la construction de terrains sportifs. Rappelons qu’en 2020, Haïti n’a que le stade Sylvio Cator pour recevoir des matchs de football internationaux. Le stade Sylvio Cator a été inauguré en 1953 sous le président Paul Eugène Magloire. Même avec son manque d’infrastructure, le stade Sylvio Cator dépasse largement les nombreux centres sportifs construits par l’État haïtien avec l’argent de Petrocaribe au XXIe siècle.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com