Après avoir reçu une pluie de critiques pour avoir révélé qu’il est déçu des performances de la Police face aux gangs armés, Joseph Jouthe maintient ses propos. Au cours du dialogue communautaire au Palais National, le chef du gouvernement a expliqué pourquoi il est insatisfait de la police. Il dit attendre que le directeur général de la police, Normil Rameau, soit à la hauteur des défis.

Joseph Jouthe a encore frappé. Hier, au Palais National, à l’occasion du dialogue communautaire, le premier ministre a rejeté les prétextes capables d’excuser le mauvais rendement de la Police. Qu’on n’évoque pas le manque de moyens pour justifier la montée de l’insécurité, qu’on ne demande pas au chef du CSPN plus de blindés, car il dit ne pas pouvoir répondre à un tel budget. Cependant, avec le minimum, Joseph Jouthe veut le maximum de résultat.

Le premier ministre a avoué qu’il a l’habitude de sortir seul le soir sans son cortège officiel et il constate souvent l’absence de patrouilles policières dans des endroits où le DG, Normil Rameau, ordonne qu’il y ait la présence des agents de l’ordre. À ce niveau, il y a un problème selon Jouthe qui s’est exprimé à la fois comme chef du gouvernement et père de famille. Le directeur général n’a nul autre choix que d’assurer la sécurité de la population, il n’a pas le droit à l’erreur. “On est chef ou on ne l’est pas“, a lancé le premier ministre. “Un chef de la Police doit être craint“, a-t-il poursuivi. Moyens ou pas, il faut donner des résultats. Il a insisté sur trois mots: Nomination, Révocation et Démission. Si on n’est pas à la hauteur, on démissionné tout simplement. Ce discours qui recadre les policiers a fait toute un tollé sur la toile. Les internautes ont vu une réprimande publique au numéro 1 de la Police Nationale. Ils pensent que Normil Rameau devrait démissionner normalement.

Les gangs armés, un problème qui ne date pas d’hier. Ils nous endeuillent, nous privent de nos frères, sœurs et même de nos bébés. Ce n’est plus un secret que les gangs armés sont alimentés par ceux qui ont de l’argent. La Police Nationale d’Haïti, vieille de 25 ans, doit absolument les neutraliser. Cependant entre discours imposant et réalité, il y a un grand écart. La Police, pourra-t-elle réellement combattre les gangs armés? Cela reste à voir.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com