Ce vendredi 5 février 2021, à un jour du 7 février, date marquant selon certains la fin du mandat du Président Moïse, ce dernier a fait une sortie à Fort-Liberté dans laquelle il s’ est déclaré inébranlable par rapport aux mouvements visant à ce qu’ il laisse le pouvoir. “Il est d’ une tendance qu’ ils assassinent, qu’ ils empoisonnent, qu’ils exilent les présidents mais il existe un dernier président, celui-là, ils ne pourront pas s’ en débarasser”, a  lâché Jovenel Moïse confiant.

Notes après notes,  divers secteurs du pays prennent position en faveur du respect de l’ article 134-2 de la Constitution qui ne peut s’ appliquer selon les interprétations de ces groupes qu’ avec le départ du Chef de l’ Etat Jovenel Moïse; Son mandat serait selon eux arrivé à terme du point de vue constitutionnel. Parmi ces secteurs, citons l’ Église Catholique  la Fédération des Barreaux en Haïti, le Mouvement Troisième Voie et plus généralement l’ Opposition. Des personnalités très influentes comme  l’ ancien candidat à la Présidence Jude Célestin, le Colonel Himler Rébu,          l’ ancien député de Pétion-Ville Jerry Tardieu, le Président du Sénat Joseph Lambert ont également pris position en faveur de l’ article 134-2 qui selon ces personnes renvoie à la fin du mandat de Jovenel Moïse.

Tensions, inquiétude, intrigue par rapport à la fameuse date du 7 février. L’on se demande si au 8 février, M.Moïse sera toujours le Président des haïtiens ou s’ il sera installé dans le pays un gouvernement transitoire.      L’opposition, surtout Moïse Jean-Charles fait même des propositions pour l’ après-Jovenel. Contre toute attente, ce vendredi 5 février 2020, le président Jovenel Moïse a défilé dans Fort-Liberté dans le cadre d’ une opération baptisée “Limen Ayiti”.

À Fort-Liberté, Jovenel Moïse a parlé de ses projets, de ses grandes ambitions devant la foule qui                l’ assistait. M.Moïse parle encore         d’ électrification, de construction de barrages et de routes, de lutte contre des oligarques corrompus non sans reprendre son slogan: “Ti rès la se pou pèp la”. M.Moïse n’ a pas fait montre d’une volonté de quitter le pouvoir le 7 février prochain, au contraire, il laisse entendre que son mandat devrait finir l’ année prochaine, soit le 7 février 2022.

Dimanche prochain, entre ceux qui réclament le départ de Jovenel Moïse et ceux qui tiennent mordicus pour une fin de mandat présidentiel en 2022, le combat s’annonce rude et la crise politique semble de plus en plus se renforcer.

Haitiaujourdhui.com