Suite à l’arrestation du juge de la cour de cassation, Yvikel Dabrésil par le gouvernement qui l’accuse   d’être impliqué dans un coup d’État, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire a qualifié cette arrestation d’illégale. Des associations de juges dont l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens (ANAMAH) et le Réseau National des Magistrats Haïtiens (RENAMAH) ont aussi condamné l’ arrestation de Dabrésil tout en réclamant la liberté immédiate de ce dernier.

Ce 8 février 2021, les réactions en provenance du pouvoir judiciaire se sont beaucoup multipliées. En effet, 2 juges de la cour de cassation font la une de l’actualité: Yvikel Dabrésil, le plus jeune juge de la cour est arrêté et accusé d’ avoir perpétré une tentative de coup d’ Etat, quant à Mécène Jean-Louis, le juge le plus ancien de la cour a été désigné président provisoire par l’ opposition.

L’ arrestation de Dabrésil suscite beaucoup plus de préoccupations chez les juges car ils avancent que la Constitution prévoit que les juges de cassation ne sont justiciables que devant la Haute Cour de Justice. En ce sens, le juge et président de                    l’ ANAMAH Jean-Wilner Morin, le juge et président du RENAMAH Ikenson Edumé ont donné une conférence de presse dans la matinée du 8 février 2021 dans les parages de l’ École de la Magistrature. Au cours de leur intervention, ils ont condamné               l’ arrestation du juge Dabrésil dont ils estiment la forme illégale et contraire aux dispositions constitutionnelles. Le juge Morin est allé jusqu’à parler  d’enlèvement fait par le gouvernement sur la personne du juge Dabrésil.

Me Morin a aussi dénoncé le traitement infligé à son collègue. Les agents de sécurité du Palais auraient envahi la demeure de Dabrésil, envoyé du gaz lacrymogène et même menacé de le tuer. Yvikel Dabrésil aurait également été torturé. Face à une telle situation, lesdites associations de juge exigent la libération de Dabrésil. Le juge Morin envisage de porter le dossier par devant la cour interaméricaine des droits de l’ homme.

Le Conseil Supérieur du pouvoir Judiciaire a aussi déploré les agissements du pouvoir en place contre le plus jeune juge de la cour de cassation qui selon l’ article 186 de la Constitution ne peut être jugé que par la Haute Cour de Justice.

Du côté du gouvernement , la version est différente. Hier dimanche 7 février 2021, le gouvernement a informé que 23 personnes ont été arrêtées dans la nuit du 6 février 2021 dans un village privé dans la localité de Petit-Bois à Tabarre. La cause de l’ arrestation serait selon le pouvoir leur implication dans un complot contre la sûreté intérieure de l’Etat et dans une tentative de coup d’Etat. La Police dit avoir trouvé en leur possession des documents dont un texte portant sur le discours                 d’ intronisation du supposé président successeur de Jovenel Moïse que le juge Dabrésil était censé lire. La Police a aussi retrouvé 2 fusils M4, un mini Usi, 3 pistolets 9 mm, des munitions, 2000 dollars US et 30 000 gourdes.

L’ actuel ministre de la justice, Me Rockfeller Vincent rejette la question du privilège de juridiction dont jouit les juges de cassation. Pour lui,               l’ arrestation est légale. Il a réagi sur la désignation du juge Mécène Jean-Louis par l’ opposition comme président provisoire. Il croit que par cet acte, le juge Jean-Louis devait être considéré comme démissionnaire.

Pour couronner le tout, en ce 8 février 2021, des agents de la Police ont été déployés dans les parages de la Cour de cassation. Le Ministre Vincent a justifié ce déploiement en expliquant qu’ il visait à prévenir toute manoeuvre de “dechoukay”.

Haitiaujourdhui.com