Quatre organisations de droits humains s’accordent dans une note publiée jeudi 20 février 2020, pour exiger une enquête sur l’attaque perpétrée par certains policiers, à l’encontre du Cabinet de Me Samuel Madistin.

Ces organisations sont : le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), la Commission épiscopale nationale justice et paix (CE-JILAP), le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH) et la plate-forme des organisations haïtiennes de droits humains (POHDH).

Elles dénoncent l’incendie de plusieurs véhicules stationnés sur le parking du Cabinet ainsi qu’une génératrice.

En outre, elles estiment que de tels agissements de la part de ces policiers sont inacceptables dans une société démocratique. Ceux-ci ne peuvent se baser sur les prescrits de la Constitution [… ] pour exiger le respect de leur droit syndical, tout en violant les droits des autres membres de la société.

Aussi, elles invitent l’Inspection générale de la PNH ” à mener une enquête célère dans le but d’identifier les coupables et de les transférer devant les autorités judiciaires, afin d’être jugés conformément à la loi “.

Précisons que les constats réalisés par l’une des organisations signataires, sur le lieu de l’incident, ont relevé :

1) la barrière d’enceinte du cabinet a été renversée ;

2) le feu a été mis à des pneumatiques à la porte d’entrée de la salle d’attente ;

3) du carburant a été constaté sur des chaises placées sur la galerie du cabinet.

Ralph Thierry Cadet