Ce dimanche, les protestants sont encore sortis dans les rues de Port-au-Prince pour s’opposer à « l’immoralité ». En effet, le décret présidentiel autorisant les changements morphologiques et le code pénal qui protège les membres de la communauté LGBT ont été mal reçus par la communauté protestante qui estime qu’elle ne doit plus se taire. Désormais, les protestants veulent s’impliquer dans les décisions du pays.

Chars musicaux, pancartes, t-shirt avec pour inscription : “Legliz pale” (l’Eglise s’est prononcée), les brebis ont suivi leurs pasteurs qui veulent faire pression sur l’exécutif pour qu’il retire les articles contestés ou le retrait pur et simple du nouveau code pénal. Le Pasteur Armel Lafleur qui dirige l’Eglise La Porte Etroite était présent à cette manifestation. Il a affirmé être venu supporter la communauté protestante car la famille est menacée. “La famille est une institution qui vient de Dieu”, a déclaré le Pasteur Lafleur. Armel Lafleur dénonce la majorité sexuelle fixée à 15 ans dans le nouveau code pénal car il estime que cette décision va aboutir à l’augmentation de la misère.

Présent également, le Pasteur André Muscadin qui dirige l’Eglise Shalom a pour sa part déclaré : “Nous allons casser la corde, la corde du mariage entre personnes de même sexe”, a lâché le Pasteur Muscadin. Selon le leader de Shalom, le peuple a d’autres problèmes que le gouvernement doit résoudre mais les autorités préfèrent publier des décrets immoraux. Le samedi 25 juillet 2020, André Muscadin s’était rendu au Cap-Haïtien pour participer à une marche contre l’immoralité.

Les protestants sont applaudis par une catégorie de la population alors qu’ils sont critiqués par une autre. Certaines personnes reprochent à l’Eglise de ne s’être jamais levée pour contre la misère dans laquelle vit la population, la corruption, ou même contre l’insécurité. D’après elles, l’Eglise proteste parce qu’il s’agit de l’homosexualité alors que l’homosexualité n’est pas ce qui ferait le plus de tort au pays. À cette critique, les chrétiens répondent qu’il y a un début à tout. Une note des organisations de défense des droits des membres de la communauté LGBT avait rappelé que le pays est un Etat laïque et que par conséquent l’Eglise devait garder la moralité chrétienne seulement pour elle.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com