Après avoir longtemps était un des rares pays à ne compter aucune contamination au coronavirus, La Corée du Nord a signalé dimanche 26 juillet son premier cas suspect de coronavirus.

Le suspect en question est rentré illégalement dans le pays de Kim Jong-un en franchissant la frontière le 19 juillet 2020. Ce présumé malade est un fugitif qui vivait en Corée du Sud depuis 3 ans avant que les autorités nord-coréennes le retrouvent dans leur pays, précisément dans la ville de Kaesong. Depuis qu’il a été remarqué dans le pays, il a été placé sous stricte quarantaine.

Les personnes qui sont entrées en contact avec le cas suspect ont été également placées sous contrôle des autorités. L’inquiétude de la propagation de la Covid-19 en Corée du Nord est telle que même les gens qui se sont rendus dans la ville de Kaesong pendant les 5 derniers jours font l’objet d’une enquête serrée.

La Corée du Nord a toujours fait montre de prudence au niveau de ses frontières pendant la pandémie. Ses frontières restent fermées comme l’ont stipulé les dirigeants nord-coréens. Jusque-là, certains considéraient que Kim Jong-un avait bien maîtrise la pandémie dans son pays bien que plus d’un était sceptique et affirmait même que le gouvernement de la Corée du Nord cachait simplement les informations.

Le samedi 25 juillet 2020, Kim Jong-un a convoqué une réunion d’urgence du Bureau Politique pour l’adoption “d’un système d’urgence maximal et émettre une alerte de haut niveau“. Le gouvernement veut éviter que ce premier cas suspect ne conduise à “une catastrophe mortelle et destructrice“.

Bath-Schéba NG Joseph- Haitiaujourdhui.com